Vers une révolution énergétique - La promesse d'Alsym

Dans un monde où la dépendance aux technologies est devenue la norme, la question de l'énergie durable est plus pertinente que jamais. Les batteries au lithium-ion, au cœur de notre ère numérique, alimentent tout, des smartphones aux véhicules électriques. Cependant, malgré une baisse considérable de leur coût ces dernières années, elles demeurent hors de portée pour une électrification à grande échelle. L'essor de l'énergie solaire bon marché a transformé la production d'électricité, mais le stockage de cette énergie reste un défi majeur, surtout après le coucher du soleil.



Ce problème de stockage d'énergie abordable retarde le développement dans de nombreux pays. Avec 3,5 milliards de personnes n'ayant pas accès à une alimentation fiable et environ 760 millions vivant sans électricité, l'impact social et économique est immense. C'est cette réalité qui a poussé Chatter et ses co-fondateurs à lancer Alsym, avec l'ambition d'apporter de la lumière à un milliard de personnes dans cette dernière situation. Basée outre-Atlantique dans le Massachusetts, la société s'est donné pour mission de développer une solution de stockage d'énergie à la fois abordable et sûre. Après neuf années de recherche et de développement, l'équipe pense avoir trouvé la formule gagnante avec une chimie de batterie innovante. Bien que les détails précis restent confidentiels, Chatter révèle que l'une des électrodes utilise de l'oxyde de manganèse, un minéral abondant, et que l'électrolyte est à base d'eau, écartant ainsi les risques associés aux solvants organiques inflammables des batteries au lithium-ion.



Celles d'Alsym promettent d'être moins denses en énergie par cellule que ces dernières, mais offrent une compétitivité à l'échelle du pack, permettant un assemblage plus serré et nécessitant moins d'équipements de sécurité. Cette avancée pourrait les rendre moins chères que les solutions actuelles, visant un coût d'environ 45 euros par kilowatt-heure, bien en dessous du coût des cellules au lithium-ion qui se situe actuellement à 80 euros. La société se concentre d'abord sur le stockage stationnaire, avant de s'attaquer au marché des véhicules électriques à deux roues, très populaires en Asie. Elle prévoit également de se lancer dans les solutions pour les hybrides rechargeables. Un partenariat a déjà été signé avec un grand constructeur automobile indien, bien que le nom de ce dernier reste non divulgué.

Récemment, Alsym a annoncé une levée de fonds de 78 millions de dollars, menée par des acteurs de poids comme General Catalyst et le conglomérat indien Tata. Ces fonds serviront à doubler l'équipe et à établir deux lignes de production. Leur vision ne s'arrête pas là, l'entreprise envisage d'étendre son impact à l'industrie, notamment dans la production d'acier, un secteur gourmand en énergie et en émissions de CO2. La route vers une énergie propre et abordable est semée d'obstacles, mais cette initiative pourrait bien marquer un tournant décisif. Avec les premiers produits finis attendus pour 2025, l'avenir nous dira si cette promesse énergétique deviendra réalité.
Plus récente Plus ancienne