L'UE et les États-Unis renforcent leur coopération sur l'IA et d'autres technologies

L'Union Européenne et les États-Unis ont récemment manifesté un engagement renouvelé envers une collaboration accrue dans le domaine de l'intelligence artificielle, marquant une nouvelle étape dans le renforcement des liens transatlantiques. 



Dans une déclaration conjointe, ils ont exprimé leur désir de travailler ensemble sur diverses questions technologiques, allant de la sécurité de l'IA à la gouvernance, ainsi que sur le développement de normes pour les identités numériques et la pression sur les plateformes pour défendre les droits de l'homme. Cette initiative est le fruit de la sixième réunion du conseil du commerce et de la technologie UE-États-Unis (TTC), un forum créé pour reconstruire les relations transatlantiques. Dans le contexte actuel et avec les élections présidentielles américaines à l'horizon, l'avenir de cette coopération reste incertain, mais l'esprit actuel est résolument tourné vers une alliance plus étroite sur les questions technologiques.


La déclaration met particulièrement l'accent sur l'intelligence artificielle, avec un engagement commun envers une approche basée sur ses risques et son développement sûr, sécurisé et digne de confiance. Les deux parties encouragent également les développeurs d'IA avancée des deux régions à adopter le code de conduite international issu du processus d'Hiroshima, complétant ainsi leurs systèmes de gouvernance respectifs. La mise en place d'un dialogue entre les organismes de surveillance vise à encourager le partage d'informations scientifiques et à avancer sur des sujets tels que les benchmarks et les tendances technologiques futures. Cette coopération permettra également de minimiser les divergences dans les systèmes émergents de gouvernance et de réglementation de l'IA et à travailler sur des normes internationales interopérables.


Autre résultat majeur, la mise à jour d'une liste de termes clés de l'IA, avec des définitions conjointes acceptées mutuellement, facilitant ainsi le travail vers sa standardisation. De plus, l'UE et les États-Unis aspirent à l'utiliser pour des cas bénéfiques, tels que l'amélioration des soins de santé, l'agriculture et la lutte contre le changement climatique, en mettant l'accent sur le développement durable. La collaboration s'étend également à d'autres domaines, tels que les identités numériques, l'énergie propre, et les technologies émergentes comme l'informatique quantique et la 6G. En ce qui concerne la gouvernance des plateformes, les deux parties appellent à une protection renforcée de l'intégrité de l'information et soulignent les risques associés à l'utilisation malveillante de l'IA, comme la création de deepfakes.
Plus récente Plus ancienne